• BILAN VEYRE NATURE 2013 - 3ème Edition

    La troisième édition de Veyre Nature se voulait recentrée par rapport aux précédentes.

    1. Recentrée sur le sujet de la relocalisation de notre alimentation, avec des échanges d’expériences. La question de l’eau – sous-jacente des engagements d’Aquaveyre – était traitée via la géologie, au travers de la conférence de Pierre Boivin sur la faille de Limagne et de la journée terrain animée par Christophe Lansigu.BILAN VEYRE NATURE 2013 - 3ème Edition 
    2. Recentrée sur des publics engagés dans des démarches alternatives sur leur territoire, parce que nous avons constaté la difficulté à attirer du grand public même en programmant des films, du théâtre et de la musique. 

    3. Recentrée par là même en termes de communication, qui s’est faite essentiellement par les réseaux associatifs et militants (réseau des AMAP, CPIE, UPC, Amis de Saint-Saturnin, etc…), une cinquantaine d’affiches et 1 000 flyers déposés chez les commerçants d’Aydat, de Theix, de Saint-Saturnin et de Saint-Amant-Tallende.

    4. Recentrée enfin sur la préparation des débats, puisque nous avons délégué le dîner du samedi soir, pour ne gérer que la buvette. Le repas concocté par Dominique Guillot dans son bar à soupe ambulant était un vrai délice en parfaite adéquation avec le sujet de nos débats.

    BILAN VEYRE NATURE 2013 - 3ème Edition 

    En regard des ambitions de départ, le bilan est complétement positif. On a compté une douzaine de personnes avec Véronique Duclos et Jean-Michel Cellier-Co urtil à Chadrat pour comprendre comment la terre ici peut nourrir avec des plantes sauvages et des cultures. 30 à 50 personnes étaient présentes le samedi après-midi autour des tables rondes, autant le samedi soir à la conférence de Pierre Boivin. Enfin, on a dénombré une trentaine de participants le dimanche pour appréhender les incidences de la tectonique des plaques sur la faille de Limagne et la vallée de la Veyre.

    BILAN VEYRE NATURE 2013 - 3ème Edition
    Des échanges enthousiastes autour de l’expérience des jardins partagés de Gergovie (Les jardiniers du Bioradoux), des actions des Incroyables Comestibles de Clermont-Fd et des Jardins de Montreuil, pour conclure que les jardins ne sont pas une fin en soi mais un terreau pour fabriquer bien plus que des légumes, à savoir du lien social, de la fête et du soutien, pour éduquer, transmettre, partager et inventer la mixité sociale de demain.

    BILAN VEYRE NATURE 2013 - 3ème Edition

    La réflexion sur la cantine scolaire s’est nourrie du diagnostic de l’étude commandée par la communauté de communes Les Cheires et le Parc des Volcans à Anis Etoilé sur la relocalisation de l’alimentation de la population sur le territoire, ainsi que de la présentation de l‘expérience de la commune de Loubeyrat rapportée par Emilie Duval d’Auvergne Biologique. Actuellement 5 écoles sur 10 font appel à des prestataires extérieurs au territoire pour la livraison des repas. Par ailleurs, le Foyer de Saint-Sandoux produit et livre quotidiennement plus de 1 000 repas (portage à domicile pour les personnes âgées, quelques écoles, etc…). Il réfléchit actuellement aux moyens de mieux répondre aux besoins du territoire, en termes de prestations et de coût. Il y a néanmoins des enjeux transversaux qui nécessiteraient d’impliquer l’ensemble des acteurs (cuisiniers, personnel de service, enseignants, élèves et leur famille) dans un projet pédagogique plus large sur la santé, le développement durable et la lutte contre le gaspillage alimentaire. En Auvergne, plusieurs communes de tailles diverses ont repris la cantine des écoles en régie directe en travaillant à introduire les produits bio et des produits locaux, sans forcément augmenter le prix du repas. C’est plus cher en effet, mais la santé des enfants peut être considérée comme une priorité par les élus.

    La dernière table ronde faisait intervenir l’épicerie coopérative de Saint-Bonnet-près-Orcival, et par personne interposée le Vival de Saint-Saturnin. Les épiceries peinent aujourd’hui à survivre en milieu rural et péri-urbain, concurrencées par les supermarchés, les hypermarchés et les Drive, qui sont fréquentés par les actifs à proximité de leur lieu de travail ou sur leur trajet quotidien. L’épicerie locale répond pourtant à des besoins réels pour les populations moins mobiles et à revenus modestes, mais aussi pour du dépannage et pour les touristes. Il y a une vraie réflexion à conduire avec les habitants et les élus pour maximiser les synergies (AMAP, marché, boutique de producteurs, épicerie traditionnelle, produits bio) sur un même lieu, sur certains jours. Il faut pouvoir répondre à une diversité de demandes et de services, et pourquoi pas créer aussi un lieu de convivialité.

    La dernière réflexion concerne l’emploi dans l’agriculture. Sur les 8 739 hectares cultivés de la communauté de communes (SAU 2010), les productions sont majoritairement exportées sur les marchés nationaux et internationaux. 51 exploitations font vivre 233 actifs agricoles. Si on faisait évoluer les cultures en vue de nourrir les 11 000 habitants des Cheires (céréales, arboriculture, viticulture, maraîchage, élevage, oléagineux), il suffirait à 208 paysans de cultiver 4 025 hectares. Il resterait au territoire une capacité à exporter en créant de la richesse et de l’emploi.

    Et comme les utopies font avancer, notre territoire est déjà engagé avec Terre de Liens pour racheter du foncier agricole et permettre l’installation de jeunes agriculteurs en bio. Avec une CIGALES aussi pour soutenir des projets durables. Et une réflexion s’amorce sur l’adoption d’une monnaie locale dans le Puy de Dôme.

    Et la géologie dans tout ça ? C’est pour bien comprendre pourquoi la montagne de la Serre, la vallée de la Veyre, la chaîne des Puys, la Limagne et l’Auvergne en géral sont des terres d’exception, que nous avons la chance d’y vivre et que nous devons les protéger.  

    BILAN VEYRE NATURE 2013 - 3ème Edition

     

    Christine Pacaud - Novembre 2013


    Terre de Liens - http://www.terredeliens.org/auvergne
    Monnaie locale  - ADML association pour le développement des monnaies locales dans le Puy de Dôme - http://adml63.org
    Cigales de la Serre - http://www.cigales-auvergne.fr ou 04.73.79.36.08